Main | Après le cataclysme climatique, l'incroyable roman d'amour : 5022 la suite en Egypte »

05/05/2005

Comments

Feed You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

Trevor Narg

[this is good]

Difficile de classer 5021 l'autre monde dans un strict genre littéraire. Même si son auteur l'étiquette "roman". Roman d'anticipation, roman de Science-Fiction peut-être, sans doute mais les personnages me semblent plus eux-mêmes issus des écrans que situés dans la vie quotidienne. Léa, Lucas, et même Hélène, mais elle à un degré moindre, je les ai saisis comme nés des manipulations informatiques et imaginaires de leur créateur. Je préfèrerais la dénomination "récit" car le recours à la technique - une technique spécifique que le lexique met bien en valeur : cominateur, comécran, case etc - ne va pas dans le sens du romanesque, mais dans le sens déclaratif. Ainsi les phrases sont-elles souvent très courtes - un seul mot peut être une phrase - donc elliptiques du verbe si bien qu'à certaines pages, l'écriture devient consciemment automatique (ce n'est pas un paradoxe) et proche du langage informatique, par conséquent.




L'importance donnée à l'environnement, fût-il futuriste, aux problèmes écologiques, à la question de l'eau, mais aussi aux aspects civiques, éthiques, tout cela ouvre au plaidoyer d'économie politique.




On est sensible à la confession rousseauiste "l'homme vivait heureux dans la nature" et à l'effort d'humanisation déployé : "Lucas se sent perdre ce qui lui reste d'enfance" ; aussi bien se demande-t-on si l'autre monde ne porte pas en lui une sorte de danger fatal. Ce serait l'anti... ou le nouvel "Huxley", l'anti ou le nouveau "meilleur des mondes".




Alors qu'on a l'impression d'un temps aboli, d'un espace indéterminé, le "langage informatique" brouillant les pistes du "langage européen", voilà que nous atterrissons en territoire africain... Avec Dou, nous reprenons haleine. Comme si la raison semblait venir du Tiers-Monde, comme si le Nil dissolvait l'écran. Rétrospectivement, on se félicite d'avoir échappé au pire, à l'organisation hyper-logique d'un monde médiatisé et condamné à l'expression binaire...




Alors concédons à l'ouvrage sa qualité de "roman d'initiation", une initiation à contre-courant : on va du sophistiqué au naturel, de la combinatoire au spontané. Singulier itinéraire que seule l'imagination contenue de l'auteur pouvait nous ménager. Sachons-lui gré.




Robert C. - St-Germain-les-Corbeil



2006-02-25 15:04:15 de http://




Ce roman, à la frontière entre la science-fiction et la fiction écologique est très intéressant, de par son thème sur la vie ( ou la survie ) dans un futur que l'on décrit comme proche.




- Le sujet est intelligemment traité, avec une petite propension à l'apocalyptisme (mais c'est le thème du livre), mais en évitant le désagrément majeur ( de mon point de vue ) de ce type de roman, à savoir la surenchère de détails techniques et technologiques. avec toutefois un bémol, à savoir que le passage traitant de l'apparition des fameuses radiations ( et donc l'élément clé sur lequel repose l'histoire ) aurait mérité d'être un peu plus étoffé sur le plan scientifique.




- Le parti pris de suivre surtout le point de vue de Lucas, et de s'intéresser à son évolution psychologique est assumé avec beaucoup de finesse dans l'analyse et la narration de ses états d'esprit, ce qui rend le personnage attachant.




- Un gros bémol cependant, le passage traitant de l'actualité. Il semble manquer un peu de recul sur les évènements récents et pourrait d'ici un ou deux ans sembler décalé, voire dépassé. L'idée des "Comités" est cependant une excellente trouvaille.




- Le style vif, concis et fluide sert bien le contenu, permettant une lecture d'une seule traite et un enchaînement sans heurt des parties.




En conclusion, un bon roman, bien écrit et assez bien construit, agréable à lire et qui pose quelques questions sur nos comportements actuels.




Jean-Baptiste R. - Mareuil Marly -



2006-02-25 15:24:39 de http://




J'ai pris beaucoup de plaisir à lire 5021 l'autre monde. Pour un premier roman, c'est une réussite. Tous mes compliments.




Nathalie




Dès que je l'aurai trouvée, je lirai la suite... en Egypte








Nath




18h32 20/12/06 [sup.]












2007, la sortie de " 2053, le réveil " !




Bravo ! Il nous tarde de connaître la suite...




Et compliments pour les deux premiers.




Michèle








Michèle




20h26 18/12/06 [sup.]












5021 l'autre monde - 5022 la suite en Egypte




Tout dérange et tout porte chez Trévor Narg, son écriture, son univers, ses thèmes et ce qu'il ose. On ne sait si l'on doit parler de roman, d'essai, de fable ou de fiction, il y a de tout cela à la fois, du sentiment, du rêve, de la révolte, du sexe aussi, de la réflexion surtout ; cela dans le dépaysement, depuis un ailleurs qui appelle des perceptions nouvelles, d'autres idées, l'imagination sollicitée comme rarement de nos jours, comme s'il voulait partager au-delà de ses interrogations son inspiration.




On sort de la lecture de ses deux livres comme de deux nouvelles aventures, un peu différent.








Fabrice N. Paris








12h21 26/11/06 [sup.]












Belle histoire, beau programme




Vivememt la suite




Bravo




Abdo








10h26 02/11/06 [sup.]












Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been posted. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Your Information

(Name and email address are required. Email address will not be displayed with the comment.)